La maîtresse en maillots de bain

Le contexte de cette pièce est original: une école maternelle.
La maîtresse en maillot de bain

Il aurait pu y avoir plein de remarques sur la vie des instituteurs avec les enfants. Quand c’est le cas, c’est juste des anecdotes pipi-caca. La pièce passe à côté du sujet et s’emmêle dans des relations entre les instituteurs. D’ailleurs, il n’y a pas vraiment d’histoire.

Les critiques positives diront que la pièce démarre lentement. Mais je n’ai pas vu l’accélération par la suite. Les dialogues sont plats, je ne me souviens pas d’un seul jeu de mot. Et je n’ai pas trouvé que les acteurs amélioraient l’ensemble.

Rating: ★½☆☆☆ 

Le Legs

L’avantage des pièces classiques, c’est qu’elles ont toujours une trame bien ficelée: Un testament oblige le Marquis à épouser Hortense pour hériter de 600 000 francs ; il doit lui verser 200 000 francs s’il se dédit. Or, le Marquis ne ressent justement rien pour Hortense ; en revanche, il a de l’inclination pour la Comtesse. Et Hortense n’apprécie pas non plus ce vieux Marquis, elle est éprise d’un jeune chevalier. Cependant, tous deux attendent que l’autre se dédise, afin de lui faire porter la faute et de ne pas perdre ces 200 000 francs.

Le legs de Marivaux, avec Bernard Menez

Le legs de Marivaux, avec Bernard Menez

Outre cette intrigue, la mise en scène est dépoussiérée et les acteurs jouent bien. Je recommande cette pièce, qui se joue aussi dans un petit théâtre fort agréable de Montparnasse.

Rating: ★★★★☆ 

Lire la suite

Desperate Housemen

Le format de cette pièce est assez proche d’un triple one-man show.

Desperate Housemen

Si la thématique (des hommes qui parlent de leur vie de couple) n’est pas très originale, j’ai trouvé une certaine fraîcheur dans les répliques. Et l’idée de placer un idiot dans la bande est bonne, cela permet de faire quelques passages façon Dîner de cons.

J’ai passé un très bon moment, et le principal défaut est le titre de la pièce qui ne correspond pas vraiment à la situation.

Rating: ★★★★½